Partagez|

"Put your hands on me JF Kennedy"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
♦ ADMIN ADORABLE AUX DENTS AIGUISEES ™



▪ γσύяşєlf &
▲ STAR: Gaspard Ulliel
▲ YOUR SECRET: A fuit son père pendant longtemps mais a décidé d'arrêter et de mettre un terme à leur course-poursuite.
▲ THEY ARE YOUR PEOPLE:
MessageSujet: "Put your hands on me JF Kennedy" Mer 2 Nov - 22:10

Après le fiasco de sa dernière rencontre avec Waltz, Night attendait avec impatience que Lea lui annonce qu’elle rentrait sur NYC.
Depuis plusieurs semaines, la jeune brune était en tournage dans un autre état et le couple ne communiquait plus que par skype ou sms.
Bien sûr, il n’avait pas rapporté à sa petite amie qu’il était entré, presque en infraction, chez Holly pour rendre une veste à sa colocataire et accessoirement meilleure amie pour finalement avoir l’idée de leur faire une blague pour se venger de s’être déplacé pour rien. Blague qui s’était rapidement transformée en énième affrontement entre les deux jeunes gens. Si l’une n’avait pas oublié la date fatidique de sa fausse-couche, ce n’était pas le cas de l’autre qui avait complètement oublié.

Et l’appel libérateur finit par arriver. Tenjô avait vu le numéro de Lea s’affichait sur son écran de téléphone alors qu’il rentrait chez lui après avoir donné quelques cours au lycée. Un grand sourire s’était étalé sur son visage pendant qu’il décrochait et apprenait le retour très proche de sa moitié.
Heureux comme un gosse, le brun accéléra le pas et força Troy à venir boire un verre dans leur pub favori.
Le lendemain, l’espagnol manqua de ne pas entendre son réveil et se leva en catastrophe.

Bien qu’habitant en centre-ville, les deux colocataires gardaient leurs voitures bien au chaud pour les occasions pareilles.
Plusieurs minutes plus tard, Night garait son véhicule sur le parking de l’aéroport et entrait dans l’établissement avant de prendre la direction du panneau d’affichage des arrivées. Un fin sourire victorieux étira ses lèvres tandis qu’il se dirigeait vers la porte de débarquement par laquelle Lea devait arriver.
Et finalement, le brun la vit apparaître entre deux autres voyageurs. La mine de l’étudiant s’illumina et il se rapprocha de sa petite amie en ouvrant les bras pour la serrer contre lui en posant tendrement ses lèvres sur les siennes.
Finis les problèmes, elle était de retour et c’était le plus important. Sans la lâcher, Night baissa la tête vers Lea et lui accorda un grand sourire.


- Tu as fais bon voyage ma puce?

_________________________


F*** us! [We're famous.]


    [A]nd somehow I stay strong 'cause it's love that keeps us alive when we're broken down inside. Well, it's you that I can trust when there's nothing left. Well, I know I'm blessed. It's love, it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Mer 2 Nov - 23:00


Lea & Night


✎ Deux semaines de séparation avec Night, deux semaines sans le voir, à ne pouvoir lui parler que par sms ou via skype. C'est ce que Lea avait été contrainte d'endurer pour les besoins d'un nouveau tournage et sa seule préoccupation désormais était de retrouver sa moitié. Et bien sûr, le fait que son avion ait une demi-heure de retard la contrariait beaucoup. Oui, c'était une fille très patiente. Mais quand même, son chéri lui manquait terriblement et il était normal qu'elle ait envie de le retrouver, de se lover entre ses bras...

Néanmoins, la jeune femme put bientôt monter dans l'appareil et chercha sa place avant de s'installer, son sac à main sur les genoux. Une petite fille lui faisait face et semblait l'avoir reconnue car elle commençait à s'agiter sur son siège. Et bientôt, l'actrice prit l'enfant sur ses genoux afin de lui faire plaisir, le temps que sa mère prenne une photo. Après quoi, Léa mis ses écouteurs dans ses oreilles et ne se préoccupa plus du monde qui l'entourait, des chuchotements de ceux qui l'avaient reconnus... Elle entrait dans sa bulle, pour que le temps passe plus vite.

Enfin, l'avion amorçât sa descente sur New York City et la jeune femme se trouvait toute excitée à l'idée de pouvoir bientôt se serrer tout contre son copain. Elle avait hâte de l'embrasser, de le câliner... De le retrouver, tout simplement. Pour ce soir, l'actrice avait très envie d'un petit dîner en tête à tête et, évidemment, romantique. Pour fêter leur retrouvailles quoi. Un petit restaurant sympa. Pas un truc cher. Même un Mcdo, ça lui irait tout à fait. Tant qu'il était avec elle. D'ailleurs, Léa avait envie d'en demander un tout petit peu plus et, qu'avant ça, ils aillent voir un coucher de soleil dans un petit endroit tranquille.

Enfin, ses pas la guidèrent à la sortie et la brunette put se jeter dans les bras du jeune homme, passant ses bras derrière son cou, en l'embrassant passionnément. Que le temps avait été long sans lui...

"- Tu m'as tellement manqué mon amour..." murmura t elle en oubliant de répondre à sa question.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
♦ ADMIN ADORABLE AUX DENTS AIGUISEES ™



▪ γσύяşєlf &
▲ STAR: Gaspard Ulliel
▲ YOUR SECRET: A fuit son père pendant longtemps mais a décidé d'arrêter et de mettre un terme à leur course-poursuite.
▲ THEY ARE YOUR PEOPLE:
MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Jeu 3 Nov - 17:26

L’avoir enfin contre lui était un bonheur simple dont il raffolait. Personne ne comprenait comment la jeune femme était parvenue à garder aussi longtemps le Dom Juan à la réputation sulfureuse et même Troy avait quelques difficultés à croire en leur couple mais au fil des mois, il avait bien vu que Lea était la meilleure chose qui pouvait arriver à son meilleur ami et l’espoir que ce dernier finisse enfin de jouer au con grandissait de jour en jour.
Un léger rire monta dans la gorge du brun devant l’enthousiasme de sa petite amie qui venait de joindre ses lèvres aux siennes comme s’ils avaient été séparés pendant des mois.


« - Tu m'as tellement manqué mon amour…»

L’espagnol la serra un peu plus contre lui en l’embrassant de nouveau. Qu’il était bon de la retrouver, même après deux semaines de séparation. Un flash provenant de la droite attira son attention et l’étudiant releva la tête pour voir ce qu’il se passait.
McAvoy était célèbre… Night avait quelque peu tendance à oublier de plus en plus ce détail au fil des jours et parfois, ce genre de situation le ramenait à la réalité. Mécontent, le brun passa un bras autour de la taille de sa petite amie, s’empara de son sac de voyage et l’entraîna loin du paparazzi qui venait de gâcher les premiers instants de leurs retrouvailles. Se faufilant dans la foule de voyageurs, le couple se dirigea vers la voiture du brun, le photographe sur les talons.
Tenjô n’avait jamais apprécié ce genre d’envahissement dans leur vie privée. Lea ne pouvait-elle pas rentrer tranquillement chez elle sans avoir à se faire espionner ?
Heureusement, le trajet jusqu’au véhicule se passa sans encombres et bien vite, l’actrice monta se mettre à l’abri dans l’habitacle après que l’espagnol lui ai ouvert la portière, en bon gentleman qu’il était avec elle.
Vérifiant qu’ils n’avaient pas été suivis, Night rangea la valise dans le coffre, grimpa à son tour et adressa un sourire malicieux à sa copine en posant sa main sur sa cuisse.


« - Alors, ton vol ? Es-tu satisfaite de ce que tu as fait ?»
demanda le jeune homme en jetant un rapide dernier coup d’œil autour de lui, des fois que le paparazzi les ai suivi.

Pendant que Lea lui répondait, Tenjô mit le contact et prit la direction du centre-ville. Le couple se retrouva rapidement devant le domicile de la jeune américaine. Le brun sortit de la voiture, récupéra le sac et rejoignit la brune devant la porte. Avant qu’elle ne passe le pas de la porte, il lui attrapa la main pour qu’elle se retourne vers lui et lui vola un baiser d’un air malicieux, sur le perron.


«- Toi aussi tu m’as manqué ma belle… »



_________________________


F*** us! [We're famous.]


    [A]nd somehow I stay strong 'cause it's love that keeps us alive when we're broken down inside. Well, it's you that I can trust when there's nothing left. Well, I know I'm blessed. It's love, it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Jeu 3 Nov - 18:21


Lea & Night


"- Oh oui ! L'équipe est vraiment sympathique et puis... c'est assez drôle les films en costumes d'époque ! Je n'aurai jamais pensé mais... j'adore porter ces robes magnifiques et... je dois dire que c'est assez marrant d'avoir droit aux politesses et baises-mains... même s'ils ne sont adressés qu'à mon personnage." répondit elle en riant, sa main se posant avec douceur sur celle que son aimé avait glissé sur sa cuisse.

Dans la voiture de son aimé qui filait vers le centre ville, l'actrice pensait que les paparazzis étaient des plaies. Vraiment. Ils ne pouvaient pas la lâcher genre deux minutes, pour qu'elle retrouve son amoureux en toute tranquillité ? Mais non, visiblement, Closer ou toute autre feuille de chou manquaient tellement d'informations croustillantes ces temps ci qu'ils se trouvaient obligés de traquer plus encore les célébrités que d'ordinaire. Jusqu'à prendre en photo leurs baisers. C'était n'importe quoi, puisque de toute façon, tout le monde savait déjà que Lea McAvoy sortait avec Night. Ce n'était pas un scoop. Et un baiser entre deux amoureux, même pas un adultère ou quoi que ce soit... Oui vraiment, les journaux peoples devaient avoir grande faim ces temps ci.

Bientôt, Night se gara et la belle brune put sortir du véhicule, avançant sur le perron, prête à ouvrir pour que tout deux puissent entrer et être tranquilles. Mais il la stoppa un instant, la faisant sourire en lui volant un baiser, avant de déclarer qu'elle aussi lui avait manqué. Ce qui fit battre la chamade au cœur de la petite romantique. Oui, petite, car par rapport à lui, la brunette n'était pas bien grande. Mais la jeune femme se détourna bientôt du beau brun pour ouvrir sa porte, désireuse de ne pas s'éterniser devant son habitation. Guère envie qu'un paparazzi arrive encore.

Tout deux purent bientôt entrer, rentrant les bagages de l'actrice qui entreposa le tout dans un coin et se résolu à trier cela plus tard pour le porter au pressing.Pour l'heure, il n'y avait que Night et elle, qu'eux, qui comptaient à ses yeux. Parce qu'elle avait envie de le retrouver, de pouvoir discuter avec lui, voir ce qu'il avait fait en son absence. D'ailleurs, elle ne songea même pas un instant à écouter ses messages sur son répondeur. Elle fila de suite en cuisine, cherchant dans ses frigos de quoi boire.Pour elle, se serait un soda light. Parce qu'elle surveillait sa ligne. Et puis, elle se doutait que l'équipe des couturières ne serait pas ravie de devoir reprendre toute les robes sous prétexte que l'actrice avait pris du poids.

Lea amena le tout au salon, se débarrassant des bouteilles en les posant sur la table basse avant d'aller chercher les verres. Enfin, la jeune femme s'installa dans le sofa aux côtés de l'homme, sa tête se nichant sur l'épaule de ce dernier, humant son parfum. Il avait mis celui que sa copine lui avait offert à son précédent anniversaire, ce qui ne pouvait que ravir la jeune femme.

"- Et toi mon cœur, comment se sont passés ces deux semaines ?" demanda t elle en murmurant. Elle pris une pose, une petite seconde, avant de reprendre, tout aussi doucement. "On sortira tout à l'heure ? J'ai envie d'un coucher de soleil-restaurant... Rien de trop chic, juste un petit coin sympa...


Dernière édition par Lea A. McAvoy le Mar 15 Nov - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
♦ ADMIN ADORABLE AUX DENTS AIGUISEES ™



▪ γσύяşєlf &
▲ STAR: Gaspard Ulliel
▲ YOUR SECRET: A fuit son père pendant longtemps mais a décidé d'arrêter et de mettre un terme à leur course-poursuite.
▲ THEY ARE YOUR PEOPLE:
MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Jeu 3 Nov - 21:28

En entrant dans l’appartement de Lea, Night posa ses bagages dans un coin de l’entrée mais ils ne restèrent pas bien longtemps à cette place. Le couple avait tout un rituel à chaque retour de voyage : le brun posait les valises, la brune les déplaçait, allait dans sa cuisine pour prendre de quoi boire pendant qu’il s’installait dans le canapé jusqu’à ce qu’elle le rejoigne et qu’ils se racontent encore une fois ce qu’ils avaient fait.
Pour qu’elle soit plus confortablement installée contre lui, Night passa un bras autour d’elle et entrelaça ses doigts avec les siens pour ensuite poser sa tête sur le sommet de celle de McAvoy. A cet instant, il était heureux. Sa petite amie de retour, calé dans son canapé trop confortable, rien qu’eux deux et pas un seul paparazzi dans les environs…


«- Et toi mon cœur, comment se sont passés ces deux semaines ? On sortira tout à l'heure ? J'ai envie d'un coucher de soleil-restaurant... Rien de trop chic, juste un petit coin sympa...
- Figures-toi que j’ai déjà tout prévu. Pendant que tu te reposeras un peu, je descendrais faire quelques courses pour te faire un repas-maison et on ira à Central Park. Qu’en dis-tu ? »


Et l’espagnol se lança dans son récit. Il raconta les dernières frasques que Troy et lui avaient fait, ses entraînements qui s’étaient multipliés en vue des qualifications pour le championnat universitaires, les cours qu’il donnait au lycée qui l’intéressaient de plus en plus, il était même sûr d’arriver à bien classer son équipe au tournoi lycéen de basket et il prit soin de sauter le passage « blague chez Waltz&Amylian. Sa petite amie savait que le trio ne s’aimait pas à la folie mais se supportait mais elle ne savait pas pourquoi et Tenjô avait bien l’intention de faire en sorte qu’elle l’apprenne le plus tard possible même s’il sentait que le moment approchait.
Après quoi, décidé à profiter un peu du moment présent, le brun relâcha légèrement l’actrice pour se mettre face à elle et planta son regard bleu dans les profondeurs sombres qui lui faisaient face. Un sourire malicieux étira ses lèvres, dévoilant une fossette qui en faisait rougir plus d’une et se pencha vers elle pour l’embrasser. Il n’y avait personne d’autre à part eux et ils avaient été séparés pendant une quinzaine de jours, il fallait rattraper le temps perdu. Sa main lâcha celle de Lea pour se poser sur sa joue qu’il caressa en douceur. Comment avait-elle pu devenir aussi importante à son quotidien ? Même si elle le connaissait sous son vrai visage, il y avait quand même une dernière barrière entre eux que Night n’était pas prêt à enlever.
Joueur, le footballeur glissa ses lèvres dans le cou de sa petite amie pour la taquiner avant de la libérer et de poser un chaste baiser sur la bouche de Lea.


« - Alors, tu as faim ma puce ? »

Dans le couple, la chanteuse était la plus romantique des deux et Night était celui qui avait le plus de surnoms. Si au début il trouvait ça niais et trop dégoulinant de guimauve, il s’était laissé prendre au jeu mais se contentait de deux voire trois petits noms. Il s’était amélioré, il avait fait des efforts pour garder sa copine à ses côtés pour une raison qui lui restait inconnue mais il avait sa réputation et ses vices.


_________________________


F*** us! [We're famous.]


    [A]nd somehow I stay strong 'cause it's love that keeps us alive when we're broken down inside. Well, it's you that I can trust when there's nothing left. Well, I know I'm blessed. It's love, it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Ven 4 Nov - 21:57


Lea & Night


✎ Le jeune homme avoua à sa chérie qu'il avait déjà tout prévu pour leur soirée. Décidément, c'était un petit ami parfait pour la jeune actrice. En plus, c'est lui qui ferait les courses pendant que Léa pourrait se la couler douce. Enfin, c'est ce qu'il proposait mais la demoiselle risquait fort d'en profiter pour vider ses valises. Quoique peut-être irait elle en fait se faire toute belle en vue de leur petit dîner. C'est qu'elle était coquette la demoiselle.

Il souriait et Lea était folle de ses fossettes. Elle était folle de lui tout court en fait. Il lui faisait littéralement tourner la têtes, elle ne savait pas trop comment mais les faits étaient là. Et puis, il était tellement doux et attentionné envers elle. La preuve en était qu'il s'inquiétait de savoir si sa belle brune avait faim ou non. D'ailleurs euh... Oui, elle avait faim. Avec le retard de l'avion et tout ça.

"- Euh... oui. Mais dit... C'est quoi le menu ? Ah et, aux courses, tu peut me prendre de quoi déjeuner demain matin ? J'ai plus rien dans les placards. Alors j'irai faire des courses demain matin sûrement mais bon, si tu peut me prendre de quoi grignoter au réveil. Je sais pas, prends ce que tu veux... Tant que ce n'est pas trop calorique et pas du muesli, ça me va..." déclara t elle.

La demoiselle sourit à son amoureux, faisant des yeux de chien battu pour qu'il accepte de lui prendre un petit quelque chose pour son petit déjeuner du lendemain matin. Certes, elle aurait put prendre une viennoiserie dans une boulangerie, mais elle était plus que décidée à ne pas faire trop d'excès, pour les besoin de son tournage.

La jeune femme se serra tout contre l'homme, joignant ses lèvres à celles de son compagnon. Elle était bien là, entre les bras de l'homme, tout contre son torse. Elle respirait encore son parfum. En même temps, l'actrice avait intérêt à profiter de Night autant que cela lui était possible puisque dans une semaine, il lui faudrait prendre l'avion à nouveau afin de retrouver les lieux du tournage, pour trois semaines cette fois. L'horreur.

Leur histoire était assez particulière, au vu du fait que Night, du moins au début de leur relation, était loin d'être aussi romantique que sa petite Léa. Mais ils étaient visiblement heureux ensemble, n'était-ce pas tout ce qui importait ? L'actrice, en tout cas, ne se voyait plus vivre dans lui. Mais d'un autre côté, elle ignorait certaines choses importantes en ce qui concernait le jeune homme. Mais peut-être que d'apprendre ces choses ne changerait rien à son amour pour le beau brun, en fin de compte.

"- Je t'aime." murmura t elle en souriant, avant que son ventre ne se mette à gargouiller. "Haem... désolé... pas très glamour..." s'excusa t elle.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
♦ ADMIN ADORABLE AUX DENTS AIGUISEES ™



▪ γσύяşєlf &
▲ STAR: Gaspard Ulliel
▲ YOUR SECRET: A fuit son père pendant longtemps mais a décidé d'arrêter et de mettre un terme à leur course-poursuite.
▲ THEY ARE YOUR PEOPLE:
MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Sam 5 Nov - 23:28

« - Euh... oui. Mais dit... C'est quoi le menu ? Ah et, aux courses, tu peux me prendre de quoi déjeuner demain matin ? J'ai plus rien dans les placards. Alors j'irai faire des courses demain matin sûrement mais bon, si tu peux me prendre de quoi grignoter au réveil. Je sais pas, prends ce que tu veux... Tant que ce n'est pas trop calorique et pas du muesli, ça me va... »

En voyant ses yeux de Chat Potté, Night ne pouvait pas refuser de lui prendre un petit truc pour le lendemain matin. Au cas où il aurait oublié qu’elle faisait attention à sa ligne, McAvoy lui rappela les éternelles consignes qu’elle lui donnait et Night leva les yeux au ciel, amusé.

« - Je sais Lea, je sais. Je m’en occupe, en attendant repose-toi, d’accord ? »

La jeune femme se serra tout contre son petit ami qui passa une main dans ses cheveux avant de glisser sur sa joue en franchissant tendrement la barrière de ses lèvres.
Le brun relâcha quelque peu son étreinte au bout de quelques minutes et posa son front contre celui de Lea, les yeux fermés.


« - Je t'aime », murmura-t-elle, non loin de l’oreille de Night qui sourit un peu plus avant de se mettre à rire en entendant le ventre de la jeune femme manifester sa présence et sa famine.

« - Haem... désolé... pas très glamour... »
s'excusa McAvoy, la mine un peu gênée et le rire un peu nerveux. Tenjô l’embrassa sur le front et se leva du canapé.
« - Je reviens dans quelques minutes ma belle, j’espère que ton ventre pourra attendre un peu. », la taquina l’étudiant sans la quitter du regard.

Qu’il était bon de se retrouver en sa compagnie. Avec elle, il oubliait tout : son stage, Waltz, Troy et son obsession de le rendre meilleur. Avec elle, il pouvait simplement profiter sans se poser de questions même si parfois, il apercevait une lueur interrogative dans le regard de sa petite amie. Mais il n’y répondait jamais, esquivant souvent les sujets qui pourraient fâcher.
Bien sûr, elle savait qu’elle sortait avec un invétéré séducteur qui ne se privait pas de quelques sous-entendus douteux en présence de quelques étudiantes attirantes mais il connaissait la limite et ne la franchissait jamais. Après tout, soit Lea lui faisait confiance, soit elle virait paranoïaque.
Sortant de l’appartement, le brun releva le col de son blouson pour se protéger du vent froid de cet automne qui ressemblait plutôt à un vent d’hiver.
Il tourna au coin de la rue, entra dans une épicerie et acheta de quoi faire un poulet-curry à Lea avant de se diriger vers les gâteaux et les céréales pour le lendemain, comme elle le lui avait demandé.
Un pack de lait, une boîte de céréales, des biscuits petit-déjeuner et un pot de confiture plus tard, le brun passait à la caisse et fit le chemin en sens inverse.
Tout content, l’espagnol sifflotait, un air heureux sur le visage. Elle était revenue, pour une semaine, ils allaient passer la soirée et sûrement la nuit ensemble, il serait aux petits soins pour qu’elle récupère de ses quinze jours de tournage, tout allait pour le mieux.
Mais, encore une fois, le bonheur fut de courte de durée.

Sur le perron de l’immeuble, un appareil autour du cou, un autre paparazzi s’apprêtait à sonner chez la jeune brune. Fulminant de l’intérieur, l’espagnol s’approcha de lui et lui tapota sur l’épaule avant de lui demander s’il pouvait l’aider, un sourire malsain sur le visage. C’était sa façon d’accueillir ces fouineurs dans la vie privée du couple. L’homme lui demanda s’il pouvait entrer, il avait entendu dire que Lea était de retour et avait son travail à faire. Poliment, mais avec un ton qui en disait long sur sa façon de penser, Night lui apprit qu’elle n’était pas encore rentrée et qu’elle aurait besoin de repos donc s’il voulait des photos, il n’avait qu’à contacter l’agent de l’actrice.
En le voyant insister, Tenjô soupira et le laissa entrer dans le vestibule. Une fois à l’intérieur, il posa le sac de course et se jeta sur le photographe qu’il plaqua contre un mur, le coude sur sa gorge, il lui fit bien comprendre que s’il le voyait encore traîner dans le quartier, il se ferait un plaisir de le réduire, lui et son appareil, en charpie.
L’espagnol le relâcha et lui ouvrit la porte avant de récupérer le paquet et de retrouver sa Lea.
Il alla poser le sac dans la cuisine et retourna au salon pour se débarrasser de son blouson avant de rebrousser chemin pour se mettre aux fourneaux en appelant sa petite amie.


« - Lea ? Je suis rentré ! Tu devineras jamais qui j’ai croisé… Bien sûr, tu ne le connais pas mais tu connais ses cousins avec les gros objectifs… Ah et au menu c’est poulet-curry ! Tu es de repos, tu as droit de faire un écart et j'ai pris de la crème allégée, ne t'en fais pas.»


_________________________


F*** us! [We're famous.]


    [A]nd somehow I stay strong 'cause it's love that keeps us alive when we're broken down inside. Well, it's you that I can trust when there's nothing left. Well, I know I'm blessed. It's love, it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Dim 6 Nov - 17:26


Lea & Night


✎ Le jeune homme quitta l'appartement de Léa qui s'installa dans le canapé cinq minutes, fermant les yeux, un sourire béa sur les lèvres. Il était bon de rentrer chez soit, de retrouver ceux qu'on aime. L'actrice espérait bien que son aimé élirai domicile chez elle pour cette semaine afin qu'ils puissent profitent un maximum l'un de l'autre, avant qu'elle ne reparte pour trois semaines. Oh oui, Léa se voyait bien, attendre que Night rentre en lui préparant de bon petit plats... Ok, un peu cliché du couple d'il y a cinquante an mais... Il n'y avait rien de mal à vouloir mitonner pour l'homme qu'on aimait, si ? Par ailleurs, mademoiselle McAvoy était un cordon bleu et cuisiner faisait partie de ces choses qu'elle adorait faire. Néanmoins, ce soir, elle voulait bien se faire chouchouter par son cher et tendre. Elle le voyait bien, coincé dans son tablier, derrière les fourneaux.

Laissant là ses pensées, la jeune femme se leva et, courageusement, ouvrit sa valise pour en retirer ses vêtements. Tout le reste, brosse à cheveux, à dent, dentifrice etc étaient des articles qu'elle avait acheté en double spécialement pour ses voyages aussi ils restèrent dans sa valise. Puis, la belle sorti les ouvrages qu'elle avait emmené avec elle sur le tournage afin d'en prendre d'autre, ayant déjà dévoré les premiers. Léa monta dans sa chambre et en redescendit une pile de serviettes de bain qu'elle rangea dans sa valide, avec une rose de douche. Au moins, ce serait ça de fait pour le départ, dans une semaine.

L'actrice monta ensuite à l'étage, rejoignant sa salle de bain. Faisant coule des perles de bain dans la baignoire, elle alluma le robinet pour laisser l'eau couler. Que ce serait bon de se délasser dans un bon bain. Elle ajouta des pétales de roses séchés, comme à son habitude. Léa adorait mettre tout pleins de trucs dans son bain. Enfin, la jeune femme se déshabilla, jetant son linge salle dans la panière, avant d'entrer dans l'eau, s'allongeant dans sa baignoire, la tête appuyée sur le rebord. La porte était restée ouverte afin d'entendre Night rentrer et, au besoin, lui crier où elle était s'il la cherchait.

Léa ferma les yeux, laissant son esprit divaguer, s'enfoncer dans ses propres méandres. Et puis elle glissa dans l'eau, jusqu'à ce que sa chevelure soient trempée. Alors seulement, l'actrice repris sa position initiale, un fin sourire sur les lèvres. Oui, elle aimait ne rien faire, rester là dans l'eau, à penser, réfléchir. C'était délicieux à son gout. Elle s'amusait avec les bulles de bain moussant, les pétales de roses. En fait, lorsque Léa se lavait, un fort parfum se dégageait de la salle de bain. Aujourd'hui, comme souvent, c'était de la rose. Perles de roses, bain moussant à la rose de chine, cube effervescent à la rose de damas, pétales de roses de Ronsard... Un parfum très fleurit et romantique, à l'image de la maitresse des lieux.

Enfin, la starlette entendit la porte d'entrée s'ouvrir. Mais c'était étrange, car Night semblait ne pas être seul. Léa fut un peu déçut, c'était leur jour rien qu'à eux ! Ses amis ? D'accord, elle voulait bien les voir demain. Mais aujourd'hui, c'était journée réservée à son aimé. Mais la porte d'entrée s'ouvrit une nouvelle fois, ce qui était plus étrange. Léa se redressa dans sa salle de bain, intriguée alors que son aimé l'appelait, lui demandant de deviner qui il avait rencontré en allant aux courses. Avant de donner un indice qui fit automatiquement penser aux paparazzis. Qu'elles enflures !

"- Attends chéri, je suis dans la salle de bain. Je me dépêche !" lui cria t elle, ne comprenant pas tout à fait tout ce qu'il disait à cause de la distance entre le vestibule et la pièce d'eau.

La demoiselle se sécha, avant d'enrubanner ses cheveux dans une autre serviette, plus petite. Et puis, elle accrocha la serviette qui avait séchée son corps contre le mur avant d'enfiler un peignoir rose pâle et tout doux, tout chaud. Le nouant par dessus son corps nu, Léa prit un sèche-cheveux pour finir le travail commencé par la petite serviette qui avait épongée sa longue chevelure. Et lorsque ses cheveux furent secs, la jeune femme les coiffa puis les laissa tomber en cascades sur ses épaules avant de descendre, son peignoir toujours sur elle. Néanmoins, ce n'est pas avec des arrières pensées que la belle descendit dans cet accoutrement. Elle le faisait parce que c'était fort confortable, voilà tout.

Enfin, la jeune femme entra dans la cuisine et vint glisser ses bras dans la nuque de son aimé, collant son corps au sien. Oui, elle l'embêtait alors qu'il cuisinait. Mais justement, à ses yeux, c'était amusant de venir l'enquiquiner dans cette situation.

"- Oh, ça sent drôlement bon chéri !"
Revenir en haut Aller en bas


avatar
♦ ADMIN ADORABLE AUX DENTS AIGUISEES ™



▪ γσύяşєlf &
▲ STAR: Gaspard Ulliel
▲ YOUR SECRET: A fuit son père pendant longtemps mais a décidé d'arrêter et de mettre un terme à leur course-poursuite.
▲ THEY ARE YOUR PEOPLE:
MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Mar 8 Nov - 22:38

Assigné volontairement aux fourneaux, Night ne comprit qu’un mot sur trois quand Lea lui répondit, ce qui se traduisait par : attends bain pêche. Haussant les épaules, le brun se mit à cuisiner. En sifflotant, il coupa le poulet en petits morceaux, mit une poêle à préchauffer et lança la cuisson du riz en même temps.
Tranquillement, le repas avançait et rapidement, une bonne odeur envahit la pièce au moment où l’actrice entrait à son tour.
Tenjô qui avait le dos tourné, occupé par sa sauce, son riz et son poulet qui cuisaient ne s’aperçut pas qu’elle venait d’arriver, du moins jusqu’au moment où il sentit son corps se coller contre son dos et les deux bras de la jeune femme venir embêter sa nuque. Haussant une épaule, comme il était chatouilleux à cet endroit, Night grogna gentiment en continuant de cuisiner.


« - Oh, ça sent drôlement bon chéri !
- Encore heureux, non ? Et laisse ma nuque tranquille… »
, supplia le brun d’une petite voix.

Pendant quelques minutes, le couple se chamailla et le jeune homme ne put être libéré que lorsqu’il annonça que le repas était prêt. Avant que la brune ne s’éloigne trop, Night passa ses bras autour de sa taille pour la ramener contre lui, mais les rôles étaient inversés cette fois.
Taquin, le footballeur glissa ses lèvres dans le cou de Lea et se mit à jouer avec le nœud du peignoir qui s’ouvrit quelque peu. Son idée ? L’embêter suffisamment et s’arrêter d’un coup pour la laisser sur sa faim.
Et c’est ce qu’il fit. Tenjô laissa ses mains remonter lentement jusqu’aux épaules de McAvoy qu’il commença à masser doucement.
L’espagnol avait toujours été doué pour se faire désirer sans dépasser certaines limites. C’était tellement drôle d’aguicher sans se laisser attraper et l’actrice s’était fait avoir, ça ne paraissait même pas la déranger d’ailleurs.
Le grand brun continua son manège encore quelques minutes, s’amusant à mordiller le lobe de l’oreille de la jeune femme de temps en temps pendant que ces mains se permettaient quelques effrontées caresses.

Et tout à coup, il se détacha d'elle , se retourna vers les plaques de cuisson pour s'emparer de la poêle et se chargea de servir le repas avant de s'asseoir en face de Lea comme si rien ne s’était passé, laissant la jeune femme plantée sur place. Night la regarda avec son air malicieux de petit con satisfait. Il savait pertinemment qu’après deux semaines loin de lui, McAvoy avait envie d’une nuit qui clôturerait leur soirée à Central Park en beauté. Il se contentait d’allumer le feu, simplement.
L’air de rien, un sourire satisfait sur les lèvres, il lui posa une question presque innocente :


« - Tu n’avais pas faim ma belle… ? »

_________________________


F*** us! [We're famous.]


    [A]nd somehow I stay strong 'cause it's love that keeps us alive when we're broken down inside. Well, it's you that I can trust when there's nothing left. Well, I know I'm blessed. It's love, it's love.


Dernière édition par Night Tenjô le Jeu 10 Nov - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Mer 9 Nov - 11:16


Lea & Night


"- Encore heureux, non ? Et laisse ma nuque tranquille…" supplia le jeune homme.

Night avait employé une petite voix pour supplier sa douce d'arrêter de l'emmerder. Mais pour l'heure, c'était un peu "parle à mon c+l, ma tête est malade", ou, autrement dit : l'actrice faisait la sourde oreille et continuait de taquiner son cher et tendre. Bon... D'ordinaire elle n'était pas autant gamine. Sérieusement atteinte peut être, un peu mièvre, un peu romantique... Mais là, elle ne l'avait pas vu depuis deux semaines alors, oui elle pouvait paraître un peu conne et enfantine dans ses actes mais... ça faisait du bien quelques fois de ne pas se comporter en adulte et de profiter de la vie, rire sans penser aux problèmes... Vivre quoi. Léa aurait bien le temps d'être sérieuse plus tard. Ce soir... l'actrice avait juste envie de profiter de son aimé, se laisser cageoler, chouchouter...

L'homme annonça bientôt que le repas était servis, ce qui eu pour effet que sa compagne arrêta de l'enquiquiner, se retournant pour aller s'installer à table. Sauf qu'un bras autour de sa taille l'en empêcha, la ramenant tout contre Night. Alors le footballer commença à embêter sa douce à son tour. Après tout, elle l'avait bien cherché hein... Bref. Il commença donc à lui défaire un peu le peignoir, alors même que Léa était nue dessous. Ce qui ne sembla pas perturber le jeune homme qui poursuivit ses agissements, massant les épaules de la starlette.

Léa ne s'opposa pas aux gestes de son aimé, qui lui mordillait maintenant le lobe de l'oreille en lui faisant subir quelques caresses des plus friponnes, prélude à une nuit qui de ce fait s'annonçait câline. En même temps, c'était couru d'avance après deux semaines d'abstinences et les trois qui allaient venir. La demoiselle émis un léger soupir et l'homme se détacha d'elle, la laissant plantée au milieu de la pièce, le peignoir entre-ouvert. Maintenant qu'elle était toute excitée, c'était malin tiens. Mais bon, d'un autre côté, il leur fallait manger pour aller sur la plages. Ils auraient ensuite tout le temps qu'ils voudraient pour s'adonner à quelques coquineries sous la couette de la demoiselle.

« - Tu n’avais pas faim ma belle… ? »

Le jeune homme venait de lui servir une belle assiette et la demoiselle avança en direction de la table, s'installant face à Tenjô avec un petit sourire aux lèvres. Prenant sa fourchette, la starlette prit sa première bouchée de ce met préparé - avec amour ? - par Night.

"- Tu sais ce que tu es Night ? Un petit con..." dit elle en riant. 'Mais un petit con cordon bleu, j'avoue." reprit elle en commençant à lui faire du pied sous la table, un petit air espiègle sur le visage, avant de continuer à se régaler de cette assiette.

Le poulet au curry de Tenjô était vraiment délicieux et le repas continua ainsi, Léa faisant toujours du pied à son aimé sous la table. Et lorsque les assiettes furent vidés, la belle brune se leva pour faire la vaisselle avant de quitter la cuisine pour enfiler son manteau. Avant de revenir embêter Night qui prenait apparemment un dessert, en lui grattouillant le dessus de la tête.

"- Dépêche Night, où le soleil sera couché que tu t’empiffreras encore !" dit elle en ricanant juste pour l'enquiquiner davantage.



Dernière édition par Lea A. McAvoy le Sam 12 Nov - 10:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
♦ ADMIN ADORABLE AUX DENTS AIGUISEES ™



▪ γσύяşєlf &
▲ STAR: Gaspard Ulliel
▲ YOUR SECRET: A fuit son père pendant longtemps mais a décidé d'arrêter et de mettre un terme à leur course-poursuite.
▲ THEY ARE YOUR PEOPLE:
MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Jeu 10 Nov - 22:15

Le jeune homme attendait toujours que l’actrice goûte avant lui le repas qu’il avait préparé, toujours avec amour bien sûr, appréhendant quelque peu sa réaction. Un fin sourire prit place pendant que le jeune brun mordait à son tour dans un morceau de poulet, lançant un regard provocateur et envieux à sa petite amie qui venait de lui déclarer officiellement la guerre avec son pied sous la table.
Ravi que le plat lui plaise et satisfait de la tournure des évènements, le footballeur accorda un sourire enjôleur à Lea, en essayant de ne pas prêter attention au petit jeu auquel elle se livrait.


« - Tu sais ce que tu es Night ? Un petit con…, dit-elle en riant, mais un petit con cordon bleu, j'avoue. »

Le brun lui tira la langue d’un air fier de lui et termina son repas en lui posant tout un tas de questions sur le tournage, les scènes qu’elle avait tourné, comment elle s’en sortait avec son rôle etc… Lea n’était pas une de ces nouvelles actrices postiches que l’on voit à l’affiche d’un seul film et dont on entend plus parler par la suite. Elle avait réussi à se faire un nom sur deux fronts et chacune des apparitions publiques du couple lors de première rendait Night fier du travail qu’elle accomplissait. Et puis, son orgueil en était flatté : il sortait avec l’une des jeunes femmes les plus en vue de tout le pays. C’était lui qui avait tiré le gros lot, pas les autres et ça, ça lui donnait de se pavaner encore plus devant tous les étudiants de NYC.
Pendant qu’elle débarrassait avant qu’il ne puisse faire le moindre geste, Tenjô se leva et alla se prendre une pomme dans laquelle il croqua à pleine dents en retournant s’asseoir. Quelques minutes plus tard, tandis qu’il finissait de déguster son dessert, Lea revenait, après s’être changée, lui gratouiller le haut de la tête pour qu’il accélère le mouvement.

« - Dépêche Night, où le soleil sera couché que tu t’empiffreras encore !
-Je ne m’empiffre pas… »,
ronchonna-t-il en se levant une nouvelle fois pour aller jeter le trognon de pomme dans la poubelle et se laver les mains.

Avisant sa petite amie qui trépignait d’impatience, l’étudiant enfila son manteau et sortit de l’appartement juste après elle. Sur le chemin qui les menait à Central Park, Night la tenait contre lui, en ayant passé un bras autour de sa taille, surveillant les alentours. Il était hors de question qu’un quelconque intrus vienne troubler leur soirée. C’était le retour de sa copine, elle avait le droit de profiter du coucher de soleil au parc avec son petit ami sans qu’on ne vienne l’embêter.
Aucun signe d’indésirables et c’était tant mieux. Le couple franchit les grilles de Central Park, comme deux jeunes tourtereaux, parlant de tout et de rien en cherchant l’endroit parfait que Lea choisit.
Prenant place sur un banc, les deux jeunes étudiants se serrèrent un peu plus l’un contre l’autre à cause du froid qui devenait plus mordant au fur et à mesure que le soleil allait se coucher.
Night baissa légèrement la tête pour embrasser McAvoy sur le front avec douceur.


« - Je suis vraiment content que tu sois rentré pour la semaine Lea… »

_________________________


F*** us! [We're famous.]


    [A]nd somehow I stay strong 'cause it's love that keeps us alive when we're broken down inside. Well, it's you that I can trust when there's nothing left. Well, I know I'm blessed. It's love, it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Sam 12 Nov - 10:43


Lea & Night


✎ Le jeune homme ronchonna un peu, disant qu'il ne s'empiffrai pas tout en se levant pour aller jeter le trognon et se laver les mains tandis que Léa le regardait faire en souriant, contente de sa petite pique, puisqu'elle aimait bien le taquiner un peu de temps à autre. Enfin, Night enfila une veste avec une lenteur exaspérante aux yeux de Léa qui trépignait d'impatience quoiqu'elle ne fit aucune remarque à son cher et tendre.

Ils quittèrent finalement l'habitation de la jeune femme pour prendre la direction de Central Park, la demoiselle serrée contre son cher et tendre, ayant elle aussi un bras autour de la taille de Tenjô. Bien sûr, elle remarqua qu'il ne cessait de surveiller les environs et compris bien vite qu'il cherchait à voir si aucun paparazzis ne traînait, appareil en main prêt à prendre des clichés. Et mademoiselle McAvoy trouvait cela trop mignon, que son aimé la protège ainsi de l'objectif nuisible de ces photographes plus qu'emmerdants.

Tout deux arrivèrent bientôt à Central Park, Léa dévorant Night du regard. Tout de suite, l'actrice prit la direction d'un petit banc sur lequel elle aimait venir s'asseoir, trouvant que le coucher de soleil était plus que magnifique vu de cet endroit. Ils arrivèrent à destination et s'installèrent, se serrant l'un contre l'autre, Léa cherchant à se blottir dans les bras de l'homme, tout en posant sa tête sur son épaule après que son cher et tendre l'ai embrassé. Patiente, la demoiselle attendit ainsi que le ciel se pare de ses plus belles couleurs.

L'ai était assez frais et la jeune femme avait un peu froid mais néanmoins, elle était très heureuse de se trouver ici, enfin rentrée chez elle et entre les bras de son aimé. C'est décidément bien là que la mignonne brunette se sentait le mieux et le plus en sécurité. Léa se sentait toujours protégée, lorsque son cher et tendre basketteur la prenait ainsi tout contre son torse.

La respiration de la jeune femme était lente et régulière, tandis que le soleil commençait à se cacher à l'horizon. Lorsque l'actrice était enfant, du haut de ses cinq ans, elle était persuadée que le soleil partait pour aller dormir. Qu'est ce que c'était idiot comme pensée. Mais c'était mignon de penser que le soleil allait s'éteindre afin de se reposer pour revenir le lendemain matin. C'était... enfantin.

La belle brune leva la tête pour regarder les traits adorables de son cher et tendre. Il était beau. Terriblement beau. Cela fit sourire la douce Léa qui se re-blottit un peu plus contre lui, l'embrassant doucement dans le cou avant de reporter son attention sur le soleil qui parait le ciel de chatoyante couleur.

"- Je t'aime..." murmurât elle en regardant toujours le ciel et ses notes de couleurs orangés.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
♦ ADMIN ADORABLE AUX DENTS AIGUISEES ™



▪ γσύяşєlf &
▲ STAR: Gaspard Ulliel
▲ YOUR SECRET: A fuit son père pendant longtemps mais a décidé d'arrêter et de mettre un terme à leur course-poursuite.
▲ THEY ARE YOUR PEOPLE:
MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Mar 15 Nov - 20:27

Tranquillement, le jeune couple attendit que le soleil se couche peu à peu sur Central Park, laissant ses derniers rayons de la journée habiller les arbres et les pelouses de nuances orangées, rouges et chatoyantes. Au fil de leur relation, Night avait appris à aimer ces moments privilégiés où aucun mot ne venait parasiter l’ambiance qui s’était installée. Si, au début, il trouvait le côté romantique de Lea trop… mièvre, niais et dégoulinant de guimauve… il avait fini par s’avouer que cette facette de l’actrice était attachante. Assis sur ce banc, la jeune brune entre ses bras, à regarder un coucher de soleil à Central Park… si on le lui avait prédit, il aurait rigolé à la figure de la personne qui l’aurait fait.
A cette pensée, le brun attrapa tendrement la main de l’actrice et entrelaça leurs doigts. Voilà qu’il devenait mou et qu’il ne faisait aucun effort pour se détacher de l’emprise qu’elle avait sur lui.

L’étudiant tourna la tête au moment où McAvoy leva la sienne pour le regarder. Quelque chose avait attiré l’attention du brun qui la reporte sur sa petite amie au moment où ses lèvres se posèrent doucement dans son cou après s’être blotti un peu plus contre lui.
Tandis qu’il posait sa joue sur le sommet du crâne de Lea et caressait ses cheveux avec son autre main, elle lui murmura « Je t’aime… » sans dévier son regard du ciel qui s’enflammait une dernière fois avant de sombrer dans l’obscurité.
Night aurait voulu… il aurait voulu lui faire le plaisir de lui répondre la même chose mais les mots restèrent bloqués au milieu de sa gorge. Tenjô était avare de ce genre d’aveu, contrairement à Lea, il préférait les donner au compte-goutte, lors d’occasions spéciales et de moments rien qu’à eux.

Ça ne voulait pas dire qu’il ne ressentait pas la même chose, bien au contraire. C’était simplement qu’il avait toujours tenu loin de lui toute trace de sentiments sincères pour quelqu’un, mis à part sa mère et elle avait débarqué. Cette jeune brune à l’allure fragile et au regard insolent à qui il avait dû rendre service. Il n’avait jamais compris pourquoi il ne s’était pas contenté de faire comme avec les autres filles : simplement tout faire pour l’avoir dans son lit. Peut-être que comme ce comte des Liaisons Dangereuses, il s’était fait avoir par son innocence ? Ou comme le reste du monde, il avait été séduit par la beauté de la jeune actrice mais qu’il avait été plus chanceux ? Toujours est-il que, à cet instant précis, il n’aurait voulu partager un moment aussi nieu-nieu avec personne d’autre qu’elle. Lea était comme ça : un paradoxe sur pattes. Elle était ce juste équilibre entre la femme et l’adolescente. Un coup romantique à en vomir comme une fillette de 15 ans et la seconde d’après, aussi fatale qu’une femme sûre de ce qu’elle veut et de son pouvoir de séduction.

Alors, le brun, pour ne pas rester sans rien faire, sépara sa main de celle de McAvoy pour relever son visage vers le sien d’un geste tendre, sans un mot, et se pencha vers elle pour franchir le plus doucement possible la barrière de ses lèvres en se rapprochant au maximum d’elle et en crochetant sa main libre dans sa nuque. C’était sa façon de lui dire qu’il l’aimait, et à chaque fois qu’ils partageaient un moment semblable à celui-ci, sa décision de lui parler de la fausse-couche d’Holly Waltz s’envolait avec un seul des regards que Lea lui lançait.

Finalement, la nuit tomba sur le parc et les deux jeunes gens prirent la direction de l’appartement de l’américaine pour une nouvelle fois. Sur le chemin, ils étaient encore plus collés l’un à l’autre et s’ils avaient pu avoir une jambe en commun, ça ne les aurait pas déranger.
De retour au chaud, le brun s’empressa de se débarrasser de son blouson et prit de nouveau Lea entre ses bras pour se réchauffer.
Joueur, l’espagnol lui adressa un regard lourd de sous-entendus pendant qu’il glissait ses mains dans les poches arrières du jean de la jeune femme.


-Ça te dit de te réchauffer avec un bon bain… ? Massage offert bien sûr…

_________________________


F*** us! [We're famous.]


    [A]nd somehow I stay strong 'cause it's love that keeps us alive when we're broken down inside. Well, it's you that I can trust when there's nothing left. Well, I know I'm blessed. It's love, it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Mer 16 Nov - 17:24


Lea & Night


✎ Il ne lui dit pas de "Je t'aime" en réponse à celui qu'elle avait formulé. La jeune actrice en voulait un peu à Night, d'en être aussi avare mais ne disait rien, comprenant qu'il pouvait ne pas trop aimer ce genre de déclarations qui ne manquaient pas pourtant de la ravir. Surtout, elle n'avait pas envie qu'ils se prennent la tête pour ça. Pas envie de se disputer. Pas envie que cela fasse des histoires. Pas envie de se brouiller. Surtout, pas envie qu'ils se séparent.

La nuit fut bientôt tombé sur central park et le couple prit la direction de l'appartement de la jeune américaine, main dans la main. Ils étaient si proches qu'on aurait put penser qu'ils ne faisaient qu'un. Tout en marchant, Léa McAVoy faisait savoir à son cher et tendre qu'elle aimerait beaucoup lui montrer, un de ces jours, sa si jolie ville natale : Boston. Cela faisait déjà quelques temps qu'elle envisageait de retourner, pour une semaine, là où elle était née.

Enfin, le couple entra bien au chaud dans l'appartement de la jeune femme, se débarrassant de leurs vestes et blousons avant que Night ne prenne sa douce entre ses bras, la serrant contre lui, lançant un regard emplit de sous-entendus tout en glissant ses mains dans les poches du jean de l'actrice, celles qui était sur ses fesses... Ils avaient joués tout à l'heure. Lui avait eu des caresses polissonnes envers sa délicieuse copine. Quand à la demoiselle, elle avait fait du pied sous la table. Tout deux s'étaient plus ou moins bien "chauffé" depuis leurs retrouvailles... Et aucun d'eux n'ignorait comment cette soirée allait finir... Quoique cette "fin" n'était pas pour tout de suite.

"- Ça te dit de te réchauffer avec un bon bain… ? Massage offert bien sûr…"

"- Oui chéri, ce me semble être une idée fort plaisante. Si tu me laisse te masser ensuite aussi, bien évidemment." dit elle avec sensualité tout en se serrant un peu plus contre lui, rapprochant son visage du sien pour que leurs souffles se mêlent.

Le couple monta donc à l'étage, pour entrer dans la salle de bain. Léa fit couler de l'eau bien chaude avant de demander à son cher et tendre s'il désirait mettre quelque chose dans l'onde. Sels de bain, sucres effervescents, bain moussant... Et si oui, qu'est ce qu'il voulait, bien évidemment. La salle de bain devint bientôt un champ de bataille, accueillant les vêtements de Léa qui se retrouvait à demi-nue, presque prête à entrer dans la spacieuse baignoire pour avoir droit au massage offert que son cher et tendre lui avait promis. Mais avant cela, l'actrice se serra tout contre lui, ses petites mains polissonnes venant déboutonner le haut du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
♦ ADMIN ADORABLE AUX DENTS AIGUISEES ™



▪ γσύяşєlf &
▲ STAR: Gaspard Ulliel
▲ YOUR SECRET: A fuit son père pendant longtemps mais a décidé d'arrêter et de mettre un terme à leur course-poursuite.
▲ THEY ARE YOUR PEOPLE:
MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Mer 16 Nov - 18:01

« - Oui chéri, ce me semble être une idée fort plaisante. Si tu me laisse te masser ensuite aussi, bien évidemment.
- On verra…»


Le fidèle sourire en coin dévoilant sa fossette fit son apparition et le brun rapprocha le bassin de l’actrice contre le sien tout en baissant un peu la tête pour lui mordiller la lèvre inférieure sensuellement. Il relâcha sa lèvre et prit la direction de l’étage sans se détacher de la demoiselle qu’il se mit à embrasser en douceur, pour faire monter la température petit à petit. Grimper les escaliers ne fut pas aisé et le jeune couple se paya une bonne tranche de rigolade avant de parvenir à ses fins une fois la porte de la salle de bains franchie.

Night la libéra quelques instants, le temps de se dire qu’ils étaient vraiment dans une salle de bains de fille. Des crèmes, du maquillage, des produits coiffants, un pauvre crayon noir séparé de son bouchon, des parfums, tant d’objets à n’en plus finir dans une seule pièce… Comment les filles faisaient pour se mettre autant de choses sur elles et, surtout, pourquoi faisaient-elles autant d’efforts ? Tenjô ne comptait plus le nombre de fois où il avait répété à Lea qu’elle était aussi belle au naturel que maquillée mais l’actrice ne l’écoutait pas pour un sou, continuant de se pomponner même lorsqu’ils se voyaient et restaient à l’abri des regards indiscrets dans un des deux appartements.
Alors l’espagnol avait arrêté d’essayer de lui faire entendre raison. Il comprenait parfaitement qu’elle devait avoir une certaine image à cause de sa célébrité mais… quand il n’y avait qu’eux… c’était du temps perdu tout de même.

Lorsqu’elle lui demandait s’il voulait quelque chose dans le bain, sa réponse fut automatique : de la mousse. Au fond, il restait un grand enfant et il avait toujours adoré prendre un bain avec plein de mousse autour de lui, comme ça il avait l’impression d’être dans un nuage.
Pendant qu’elle s’emparait d’un flacon et verser quelque gouttes dans l’eau, le footballeur se rapprocha à pas de loups et posa ses mains sur ses hanches en collant son torse à son dos.
La soirée ne faisait que commencer et il réservait quelques attentions particulières à la jeune chanteuse dont il avait le secret et qu’il savait qu’elle en raffolait.

Night laissa ses lèvres effleurer le cou de Lea en douceur, juste pour la faire frissonner pendant que ses mains remontaient lentement, en prenant soin de déboutonner le chemisier de la jeune brune au fur et à mesure de leur ascension. Une fois arrivé en haut, Tenjô dénuda une épaule et embrassa la peau pendant qu’il finissait d’enlever le haut.
Une fois ce premier méfait accompli, il se détacha de McAvoy pour se mettre face à elle, lui lançant un regard enflammé en la voyant à moitié nue. En fait… la nuit allait être longue… très longue.
Alors qu’elle se collait à lui, provocatrice, pour s’occuper de la chemise qu’il portait, Night glissa ses mains entre eux pour les poser de nouveau sur le corps de Lea et les fit descendre sans qu’elles ne quittent sa peau, se délectant de la douceur qu’il avait sous les doigts et arriva à la boucle de la ceinture qu’il desserra lentement, certain de jouer avec les nerfs de Lea.

_________________________


F*** us! [We're famous.]


    [A]nd somehow I stay strong 'cause it's love that keeps us alive when we're broken down inside. Well, it's you that I can trust when there's nothing left. Well, I know I'm blessed. It's love, it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Ven 18 Nov - 21:23


Lea & Night


✎ Léa soupirait en sentant les lèvres de son cher et tendre venir effleurer la peau de son cou avec une douceur incomparable. L'actrice avait presque envie de l'accuser de faire exprès, juste pour jouer avec ses nerfs, le bougre ! Mais c'était aussi très agréable alors elle ne dit rien, se contentant de profiter de chaque instant qui passait en la compagnie de Night. McAVoy avait envie de retenir le temps, mais il continuait de filer entre ses doigts. Alors elle abdiqua, pour se laisser porter par lui et profiter de chaque instants qui lui étaient offerts.

La jeune femme sentit avec délice son chemisier quitter son corps alors que son cher et tendre venait embrasser son épaule non sans une certaine effronterie, bien loin d'embêter sa copine qui s'en délectait. Et puis il se sépara d'elle, au grand regret de la demoiselle qu'il avait déjà pas mal émoustillée depuis le début de la soirée. Cependant, au regard qu'il lui lança, l'actrice lui pardonna de suite de s'être écarté d'elle. Parce que la massachusettaise adorait qu'il pose de tels regard sur elle.

Et puis la Bostonienne aux longues ondulations châtain revint se serrer contre l'homme, afin de s'attaquer à la chemise qui couvrait encore son torse. La belle sentit les mains de son aimé sur elle, descendre jusqu'à son pantalon, jouant avec la boucle de sa ceinture sans pour autant sembler se décider à la lui retirer. Oui, définitivement oui, le beau sportif brun avait décidé de mettre le corps, la patience et les nerfs de sa douce à rude épreuve. Aussi, la jeune femme se promis de se venger de lui, frustrée d'être aussi languissante.

La chemise de l'homme glissa sur son corps pour le quitter, dans un mouvement imposé par les mains de la belle qui, finalement, lâcha le vêtement. Celui ci, tombant sur le parquet, rejoignit donc le chemisier de la jeune femme qui gisait déjà là. Léa se rapprocha encore un peu plus de Tenjô, si cela était possible, afin d'unir ses lèvres à celles du jeune homme, en quête de baisers fiévreux, consciente qu'elle devait profiter de lui un maximum tout au long de cette semaine... Voire à abuser de sa personne, afin de faire face ensuite aux trois semaines qui allaient suivre et qui promettaient déjà d'être difficilement supportable pour la romantique. Encore qu'elle avait la chance d'avoir un ordinateur et une connexion, ce qui lui permettait de joindre son cher et tendre via un quelconque réseau social ou une messagerie instantanée. Cependant, la brune avait besoin de Night, de sa présence, ce sa chaleur... Et un ordinateur ne transmettait pas ce genre de chose.

Léa glissa finalement ses mains sur le pantalon du jeune homme, l'en débarrassant plus vite que lui même ne le faisait avec le jean de la jeune femme qui se montrait de plus en plus impatiente... En même temps, c'était Night qui l'avait bien chercher avec ses espiègleries juste avant le repas. Et deux semaines d'abstinence ne manquaient pas de renforcer le désir que l'actrice avait du beau Tenjô.

"- J'ai envie de toi Night..." finit elle par murmurer au creux de son oreille, de sa voix la plus sensuelle.

Night se retrouvait donc en caleçon, devant sa compagne qui se recula pour admirer son corps avant de venir l'embrasser à nouveaux, se séparant finalement de lui pour enlever son jean que l'homme lui retirait beaucoup trop lentement à son goût. Ainsi, tout deux se faisaient face en sous-vêtements et c'est à demi-couverte que l'actrice entra dans la baignoire, prête à subir son massage. Néanmoins, comme Night n'arrivait pas, la belle brune releva légèrement son buste pour le regarder, avec incompréhension et gourmandise mêlée, laissant ainsi voir que ses sous-vêtements trempés ne cachaient plus rien de ses délices.

"- Ben tu viens pas ?" demandât elle avec un petit sourire mutin sur les lèvres, désireuse de le voir venir vers elle.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
♦ ADMIN ADORABLE AUX DENTS AIGUISEES ™



▪ γσύяşєlf &
▲ STAR: Gaspard Ulliel
▲ YOUR SECRET: A fuit son père pendant longtemps mais a décidé d'arrêter et de mettre un terme à leur course-poursuite.
▲ THEY ARE YOUR PEOPLE:
MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Lun 21 Nov - 0:53

Night, adorait jouer avec les filles, se faire désirer et les faire trépigner d’impatience pendant qu’il les faisait languir. « Le plaisir s’accumule dans l’attente », lui avait-on dit, alors le brun appliquait ce crédo avec grand soin, jamais déçu du résultat.
Léa bouillait d’impatience, ça se voyait à ses gestes. Elle le débarrassa de sa chemise et s’attaqua à son jean sous le regard amusé de son compagnon de jeu qui continuait à se tourner les pouces.
Mais, histoire de ne pas rester trop passif quand même, le brun passa deux de ses doigts dans les passants avant du jean de McAvoy pour coller leurs bassins au maximum, sans se départir de son sourire malicieux.
Tenjô enfouit son visage dans le cou de sa petite amie pour mordiller le lobe de son oreille sensuellement, de façon à l’aguicher encore plus qu’elle ne l’était.


« - J'ai envie de toi Night... », lui murmura Lea dans un souffle, ce qui ne fit faire qu’un seul tour au sang du brun, qui décida de prendre les choses en main.

Mais, la jeune brune n’était pas de cet avis. Il avait osé la faire attendre, c’était donc elle qui avait les commandes de la partie. Du moins… pour le moment. Tenjô la laissa s’occuper de son jean, arbora un air victorieux et provocateur en la regardant en se mordant la lèvre inférieure. Si elle avait de lui, qu’est-ce qu’il pouvait dire ? Il laissa ses yeux caresser ses courbes. Le bruit courait que Night était du genre à préférer les playmates et il avait surpris tout New-York en s’affichant avec Lea qui était assez androgyne. Elle n’avait pas de rondeurs, elle était tout en finesse et pouvait aisément se faufiler dans un rôle masculin sans que personne ne puisse deviner la supercherie. Tout en elle était un paradoxe qui fascinait l’espagnol. Et lorsqu’elle se recula quelque peu pour le regarder, le regard brillant de désir et d’envie, avant d’enlever son propre jean, le brasier qui avait élu domicile dans le bas-ventre du brun s’attisa encore plus. A moitié-nue, Lea entra dans la baignoire sous les yeux de Tenjô qui ne perdait pas une miette, immobile. L’air de rien et presque innocemment, la belle américaine se retourna vers lui pour savoir s’il comptait rester planter là ou la rejoindre.


« - Ben tu viens pas ?
- Ne sois pas impatiente ma puce, le meilleur reste à venir…»


Et sans crier gare, le grand brun braqua son regard bleu azur dans les profondeurs sombres de sa petite amie, fit glisser son caleçon sur ses hanches pour qu’il atterrisse à ses pieds avant d’avaler le peu de mètres qui le séparait de la baignoire.
L’un des avantages de la célébrité de Lea était sa richesse, qui lui avait permis de s’offrir une baignoire assez grande pour eux deux.
Aguicheur et sans-gêne, le grand brun se glissa son dos et laissa ses doigts courir le long des bras de la jeune actrice en collant son torse contre sa peau. Ses lèvres s’amusèrent à éveiller un peu plus les sens de sa compagne. Il resta quelques secondes à la serrer en douceur entre ses bras, profitant du peu d’accalmie qu’il leur imposait avant que tout explose.
Ses mains repartirent vers les épaules de Lea qu’il se mit à masser pour la détendre avant de se permettre des caresses plus poussées et beaucoup plus basses au fur et à mesure que les minutes défilaient. Alors qu’il les passait sur le devant pour les poser sur le ventre de McAvoy et les faire remonter lentement, il rapprocha une nouvelle fois sa bouche de son oreille pour murmurer d’une voix rendue rauque par l’envie qui le tenaillait :


« - Je t’ai dit que tu m’avais manqué belle brune ? »

Sur ces mots, une des mains du footballeur redescendit pour passer sur l'une des jambes de Lea avant de bifurquer, insolemment, entre ses cuisses pour commencer le jeu, qu'ils avaient commencé dans la cuisine, pendant qu'il l'embrassait sous l'oreille. Depuis 6 mois, il avait eu le temps de découvrir quelles parties, et quels gestes, faisaient complètement perdre la tête à l'américaine.

_________________________


F*** us! [We're famous.]


    [A]nd somehow I stay strong 'cause it's love that keeps us alive when we're broken down inside. Well, it's you that I can trust when there's nothing left. Well, I know I'm blessed. It's love, it's love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité


MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy" Sam 26 Nov - 0:53


Lea & Night


✎ Léa le regardait, ses yeux bruns posés sur le beau visage de son cher et tendre Night. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres, alors qu'elle cherchait à savoir s'il comptait la rejoindre maintenant ou dans cinquante an. Lui aussi, l'impatience de la demoiselle, semblait l'amuser, alors qu'il lui assurait que le meilleur restait à venir. Ils avaient toute la nuit devant eux, il n'y avait nul besoin d'être tant pressé. Mais c'était plus fort que la jeune femme, le sportif lui avait tellement manqué... L'actrice avait besoin de le retrouver totalement. Physiquement, c'était déjà fait. Maintenant, la brunette était désireuse de passer aux retrouvailles charnelles.

Miss McAvoy dévora le corps de son aimé du regard alors qu'il faisait glisser son caleçon sur ses hanches puis ses cuisses. Léa suivit le mouvement du vêtement qui tombait au sol, une certaine lueur dans le regard alors que Night avançait vers elle, réduisant la distance qui les séparait. Plus il avançait, plus la brunette avait envie de ses mains sur son corps, du massage promis et d'autres choses plus intimes encore.

La jeune star sentit bientôt le corps de son cher et tendre se glisser dans la baignoire pour se positionner dans son dos, avant de laisser courir ses doigts sur les bras de la belle. Bientôt, ce fut le torse du sportif que la jeune femme put sentir se coller à la peau qui recouvrait son dos. Puis le délice des lèvres de son cher et tendre qui se logeaient dans son cou... La jeune femme en frémit d'excitation, tout son corps parcouru de picotements.

Les mains du jeune sportif glissaient sur le corps de l'actrice, lui faisant littéralement perdre la tête, d'autant plus que le bougre semblait faire exprès de prendre son temps, d'agir avec lenteur. Léa se laissait faire, appréciant le massage devenue très particulier lorsque Night avait commencé à lui masser le ventre dans cette position. Et plus encore après, lorsque la main avait atterit pile sur l'entre-cuisse de l'artiste.

Et puis, Léa se dégagea de l'étreinte masculine, se relevant, afin de se rasseoir dans la baignoire tout en faisant face à Night. Le visage de la brune se rapprocha de celui de son aimé et l'actrice unie leurs lèvres, avant de glisser les siennes depuis la bouche de Tenjo jusque dans le creux de son cou où elle lui fit subir un suçon avant d'éclater d'un rire très léger et très doux.

Et puis enfin, après un long voyage réalisé par ses lèvres, la starlette décida d'aller un peu plus loin et c'était désormais sa main qui glissait sur la peau douce de Night, avant d’atterrir finalement sur une certaine partie de l'anatomie du jeune homme sportif, alors que l'actrice arborait sur ses lèvres un sourire qui en disait vraiment très long sur le fond de sa pensée et sur l'idée qu'elle se faisait de cette soirée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: "Put your hands on me JF Kennedy"

Revenir en haut Aller en bas

"Put your hands on me JF Kennedy"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SEEKING REDEMPTION ™ ::  ::  :: Archives RP-